Chez moi, à l'Intérieur...

Omnia Apud Me Mathematica Fiunt. (René Descartes - 12x133-30x55)

Il se fait appeller Vicnent et Il se situe vers Paris XI, City of Lights, France

Ce qu'il en pense ? "Cubum autem in duos cubos, aut quadratoquadratum in duos quadratoquadratos et generaliter nullam in infinitum ultra quadratum potestatem in duos ejusdem nominis fas est dividere: cujus rei demonstrationem mirabilem sane detexi. Hanc marginis exiguitas non caperet". Pierre de Fermat, 1637, dans la marge de son exemplaire (aujourd'hui disparu) des Œuvres de Diophante éditées par C.G. Bachet de Méziriac.

Le reste aussi...

30.3.06

CPE = précarité ??? Arf !!!!

De mémoire, je n'ai pas parlé du CPE. Peu importe que je suis pour ou contre, le fond de ma pensée est le suivant : entre le contrat d'intérim et le CDI, il y a déjà 17 contrats de travail, ce n'est donc pas UN contrat supplémentaire qui va tout changer, sachant la France que l'on a de surcroit... De toute façon, les contrats sont encadrés par la loi, mais aisément détournables... Juste un exemple : le contrat d'intérim ne peut être signé que pour les raisons X ou Y (accroissement temporaire d'activité par exemple), mais qui n'a pas vu untel ou untel faire 2 ou 3 ans de contrat intérimaire ? L'emploi se crée quoi qu'il en soit avec de la croissance, et rien d'autre. "On" embauche quand on a du boulot à donner !

Mais, Trackback de Chez Maitre Eolas quand même (je recommande vivement la lecture des trois articles dans l'ordre de parution ainsi que les commentaires : certains sont nuls, certes, mais beaucoup de remarques TRÈS intéressantes [attention, cela va nécessiter au moins deux bonnes heures...])
Premier article : faisons le point sur le CPE,
deuxième article : Sifflons la fin de la récré.
Le troisième article est ce billet résumé dont j'indique le trackback


Dans ce dernier billet, Maitre Eolas (je recommande vivement la lecture des trois articles, mais je l'ai déjà dit, non ?) fait le calcul suivant (je recopie et simplifie un peu) :

1/ Alain, Bernard et Charles sont trois personnes embauchées le même jour au smic :
- Alain en CPE,
- Bernard en CDI,
- Charles en CPE.

2/ Licenciement :
- Alain au bout de 23 mois
- Bernard au bout de 21e mois, pour cause réelle et sérieuse
- Charles le 25e mois.

3/ Indémnités
- Alain a un mois de préavis et touchera 8% soit 2592 euros
- Bernard, en CDI, a deux mois de préavis qu'il effectue et quittera son emploi le 23e mois, le même jour qu'Alain : il touchera zéro euro d'indemnité. En effet, l'indemnité légale de licenciement n'est dû qu'après deux ans d'ancienneté, seuil non atteint ici. A ancienneté égale, on passe de 2592 euros à zéro.
- Charles est quant à lui en CDI de droit commun, la période de consolidation étant terminée. Il effectue deux mois de préavis, et touche l'indemnité légale de licenciement. Soit 270 euros, en supposant qu'il a pris tous ses congés payés : un dixième de mois par année d'ancienneté soit 20% de 1350 euros.

remarque n°1 : L'employeur a quoi qu'il arrive, intérêt à embaucher en CDI
remarque n°2 : Si on doit être viré avant deux ans : autant être en CPE
remarque n°3 : Si on doit être viré après deux ans : autant être en CPE ou en CDI !!
remarque n°4 : Mais pourquoi 63% des français sont contre le CPE ?

Maitre Eolas en conclut également que si le conseil constitutionnel sort sa calculette, il se pourrait qu'il y est effectivement discrimination... Réponse tout à l'heure....

2 Comments:

Anonymous Chômeur en fin de droit a dit...

réponse à la remarque numéro 4 : justement pourquoi faire un CPE si ce n'est pour pouvoir virer quelqu'un SANS cause réelle et sérieuse. Bernard à commis une faute dont le patron devra se justifier, alors qu'alain n'a surement fait que refuser de faire des heures sup non payées, de venir bosser le dimanche, ou alors il a voulu se syndiquer, ou il a fait remarquer le non respect de règles de sécurité, ou alors il s'appelait aline et il est tombé enceinte, ou....

63% des français semblent avoir eu plus d'imagination que vous...

9:22 AM  
Blogger Vicnent 31415 a dit...

1/ ce n'est pas parce qu'on n'est pas obligé de motiver le licenciement qu'on peut se permettre de ne pas avoir de raison. ça couterait cher aux prud'hommes...

2/ 63% de français sont des incultes, ignorants, fainéants etc...

3/ tu ferais bien de te plaindre que lorsque le parlement vote une loi, désormais, on sait que 5x 2.000.000 de connards (jeunes + syndicats) dans la rue, ça suffise à la faire sauter. Belle France de merde absolument antidémocratique, remplie de jeunes qui ne comprennent rien à rien, et qui lorsqu'ils en branlent pas une en première années de fac, se font désinformér, manipulér et bloquent les lycées (arf !!!!) et les universités (re arfs). À pleurer !

11:51 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home